La vérité est toujours bonne à dire

LE NOMBRE

Eh bien, le nombre de manifestants aura fait user beaucoup d’encre et surtout de temps ! Il est regrettable que les « anti » soient obligés de passer des heures à nous expliquer qu'il y avait plus de 200 personnes alors que les images parlent d'elles-mêmes...

200, puis 300, en fait 250 et pourquoi pas 3000 ? Un peu de sérieux tout de même...

EXTRAITS DU RAPPORT

Sur le fond, certains se permettent de remettre en cause le remarquable travail de la Commissaire enquêtrice qui, rappelons-le, est une experte en la matière. En effet, être ingénieure en écologie et chargée de former les commissaires enquêteurs en Ardèche (source : site de la CCE07), ce n’est pas rien !

De plus, il convient de citer quelques extraits de ce rapport (partie 1 à retrouver ici et la partie 2 ici) :

  • LES AVIS

En effet, certains expliquent que cinq communes du canton ont émis un avis défavorable, mais rappelons que des spécialistes des questions environnementales et de santé ont également émis leur avis. Ils sont très clairs :

L'autorité environnementale conclut que l'étude d'impact (critiquée par les mêmes personnes) est tout à fait satisfaisante, tout comme les mesures pour compenser les impacts du projet. Elle a donc émis un avis favorable.

Avis des services - rapport RoffatCapture d'écran de la page 18 du rapport

Quant à l'Agence régionale de Santé (ARS), elle conclut également sa réponse par un avis favorable.

Par ailleurs, concernant les personnes s’étant exprimées lors de l’enquête publique, d’aucuns ne sauraient nier le fait qu’une enquête publique n’est réalisée que pour ceux qui sont contre. Pourquoi les personnes favorables au projet se manifesteraient-elles en masse? Elles n'ont aucun intérêt politique à polémiquer. C'est la majorité silencieuse.

  • LE BRUIT

Concernant le bruit, il semblerait qu'il devienne nécessaire de rétablir la vérité et de ne pas "sélectionner" le passage qui convient à telle ou telle personne, surtout lorsqu'il est sorti de son contexte.

Madame la commissaire-enquêtrice écrit dans son rapport qu'il se pourrait que pendant l'exploitation de la carrière, le bruit soit plus important que prévu. CEPENDANT, elle précise qu'il existe des moyens faciles à mettre en œuvre pour limiter ces désagréments, comme lui ont confirmé le cabinet d'experts et la société Roffat :

Bruit - Moyens de limitationCapture d'écran de la page 121 du rapport

Comme vous pouvez le constater, nous mettons ce que dit VRAIMENT la commissaire-enquêtrice, pas les morceaux qui nous arrangent. On est donc loin du tohu-bohu prédit par les annonciateurs de l’Apocalypse.

Elle conclut enfin à la page 168 de son rapport qu'elle a bien pris en considération:

Conclusions - Bruit/PoussièresCapture d'écran de la page 168 du rapport

  • LA POUSSIERE

La commissaire enquêtrice a clairement écrit que :

Poussières - rapport RoffatCapture d'écran du rapport Roffat

Et d'ajouter :

PoussièresCapture d'écran du rapport

CONCLUSION

Pourquoi continuer à parler de tout cela alors que :

  • l'autorité de l'environnement a donné un avis favorable ;
  • l'Agence régionale de Santé a donné un avis favorable ;
  • la commune de Lamastre (la plus concernée) a donné un avis favorable ;
  • la commissaire enquêtrice, ingénieure en écologie, a donné un avis favorable ;
  • la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites (CDNPS) a donné un avis favorable à l'unanimité ;
  • le Préfet de l'Ardèche, représentant de l'Etat, a donné un avis favorable.

Pour finir, nous aimerions répondre à celles et ceux qui nous accusent de limiter, voire de bafouer la liberté d'expression sur notre site :

Ce site est ouvert aux commentaires, mais afin de ne pas recevoir des dizaines de spam par jour (ce qui était le cas au début de sa création) et surtout afin de ne pas publier des messages insultants ou diffamatoires (ce que nous n'acceptons pas), ils sont soumis à notre approbation.


D'ailleurs, en matière d'insultes et de diffamation, la loi prévoit des répressions :

  • "La diffamation commise […] envers les cours, les tribunaux, les armées de terre, de mer ou de l'air, les corps constitués et les administrations publiques, sera punie d'une amende de 45 000 euros." (article 30 de la loi de 1881)
  • "L'outrage à agent se définit comme : une insulte à l'égard d'une personne chargée d'une fonction publique ou dépositaire de l'autorité publique. Elle constitue un délit du code pénal français [...] qui peut être puni de 6 mois de prison et de 7 500 euros d'amende"

Pour éviter que des propos outranciers soient écrits sur notre site, nous utilisons (légitimement) le modérateur de commentaires.

A bon entendeur...

Averell.

Lamastre Carrière Roffat

Commentaires

  • Coriolanus
    Le printemps a fait fleurir une nouvelle banderole à l’entrée nord de Lamastre. Elle me ravit.
    Pour deux raisons.
    D'abord parce qu'elle a des majuscules accentuées, ce qui montre qu’on a bien suivi ma dernière leçon sur l’obligation d’accentuer les majuscules.
    Ensuite parce que je suis heureux qu'une instance humanitaire tutélaire, sans doute émanant de l’ONU, du genre GIEC, ou bien de Greenpeace ou de Sauvons les baleines, se soit penchée sur notre sort.
    En effet après ces plusieurs mois d'exploitation de la carrière nous vivons un enfer. Recouverts d'une épaisse couche de poussière, on se croirait, au collège, revenu au bon vieux temps de la craie. Tout le monde tousse, se déclare phtisique et se meurt à petit feu. Je me suis même laissé dire qu'on venait d'ouvrir un service silicose à l'hôpital, de quoi, à quelque chose malheur est donc encore bon, apaiser les medecins avec une clientèle nouvelle. Lorsque les gendarmes se postent au bord de la route, ils se retrouvent vite transformés en statues minérales et les enfants leur jettent des épluchures, ce qui ne concourt pas à leur bonne éducation, vous en conviendrez.
    Et puis voilà tout le monde devenu sourd à cause des tirs de mine. C’est un tel fracas qu’on dirait un passage de Mastrou. Tout le monde a plus ou moins les tympans éclatés et nous ne pouvons plus enseigner ni musique ni langue vivante. J’envisage moi-même de prendre une retraite anticipée puisque je n’arrive plus à distinguer l’accent de la Reine de celui de sa bru.

    Enfin, tous ces camions qui viennent tourner au collège, quelle plaie ! Il faut parfois patienter 15 min avant de pouvoir entrer. Et je ne vous dis pas les jours de pluie ! Car alors ce sont des tombereaux de boue qu’ils déposent, nous obligeant de mettre des chaînes.

    Bravo donc pour cette courageuse banderole. On m’en a signalée une autre au sud, mais elle émane sans doute des gros propriétaires et j’y reviendrai dans une prochaine livraison.
  • Coriolanus
    Il est assez piquant, je trouve, que ceux-là mêmes qui s’offusquaient de, et vitupéraient l’« impact » visuel de la carrière, ceux-là mêmes (ou leurs co-religionnaires ; car il s’agit bien d’un mouvement religieux, n’est-ce pas : aucun argument rationnel, une simple réaction épidermique gouvernée par l'instinct), ceux-là défigurent actuellement la ville de Lamastre et les routes d’accès par des calicots vindicatifs du plus vilain effet. Pas le moindre respect de l’orthographe ou de la syntaxe, pas la moindre recherche d’esprit qui eût mis les rieurs de leur coté.
    Alors, lorsqu’il faudra remplacer les tissus, je suggère « CARRIÈRE, EN ARRIÈRE ! », « K-riz-R 2-or », « Un trou ? Pas de ça chez nous ! », « Carrier, décarre ! », « FRAGILE : pas charrier ! » « Emplois ? On veut pas ! », « Nos cailloux, pas pour vous ! »
    Pour changer de la monotonie autistique du NON CARRIERE
    Je déclare ouvert le concours de poèsie précédurière
  • Coriolanus
    Oui, vous avez raison, on conjugue aussi entre parenthèses...
    Pour les majuscules accentuées il y a je crois trois cas de figure :
    1- On est sur un site dont le gestionnaire de contenu (SPIP par exemple) a été adapté au français et on trouve alors dans le menu un petit pavé qui offre toutes les majuscules nécessaires. Souvent les utilisateurs ne le savent pas...
    2- On peut aussi, avant de copier-coller, composer dans un traitement de texte qui, soit corrige automatiquement, soit offre la possibilité, comme Openoffice dans format, de changer la casse et de passer des minuscules accentuées aux majuscules accentuées et vice-versa.
    3- On doit enfin, en dernier ressort, utiliser les raccourcis-claviers, pas évidents à mémoriser, c’est vrai. Et ce ne sont hélas pas les mêmes chez Apple et chez Windows. Une recherche par moteur de recherche permet de les trouver pourtant en une fraction de seconde.
  • Coriolanus
    Mon esprit critique s'exerçant ici comme ailleurs ;) je relève une faute d'orthographe assez classique. Le verbe conclure est du troisième groupe, il convient donc d'écrire, cher Averell, elle conclut et non elle conclue. Je relève aussi une faute tellement commune que même certains enseignants prétendent qu'il ne faut pas accentuer les majuscules. C'est complètement faux. On écrira donc CARRIÈRE et POUSSIÈRE.
    Je profite de l'occasion pour lancer moi aussi une association de défense sur le modèle de SILICE. Il s'agirait donc de sauver les accents sur les majuscules mais je n'arrive pas à trouver un acronyme qui soit également un nom, à la façon des acrostiches. Celui de SILICE est particulièrement réussi, aussi je lance un appel à son ou ses créateurs pour qu'il(s) m'aide, à partir d'un sens de base qui serait "Association de sauvegarde des accents sur les majuscules". Merci, et vive la carrière !
    • lamastre07270
      Bonsoir cher Coriolanus, nous tenons tout d'abord à vous remercier car vous démontrez, par vos propos, que notre site est ouvert aux réactions de tous. Votre contribution au débat apporte un éclairage particulier sur l'ouverture d'esprit qui fait hélas défaut à certains... C'est cette lumière qui a manqué à certains concepteurs de matériels informatiques qui n'ont pas prévu les accents sur les majuscules. Ou alors il faut des trésors d'ingéniosité et de patience pour trouver ceux-ci dans les arcanes de l'informatique ! Concernant la faute au verbe "conclure", elle est corrigée! En tout cas, merci pour votre vigilance. Nous espérons vivement que vous continuerez à nous donner votre avis éclairé, et que d'autres vous suivront. ;-) Les daltons. Remarque : Averell vous signale que vous avez oublié "(nt)" ici : "pour qu'il(s) m'aide(NT)"